Fondation SADEV

Coopération & Développement

Fin de mission pour Benjamin Berteigne

Depuis novembre 2014, Benjamin Berteigne, ingénieur hydraulicien, travaille pour la Fondation Sadev aux Comores dans le cadre d’un contrat de Volontariat de Solidarité Internationale. A quelques jours de la fin de sa mission, il revient sur son expérience.

Qu’est-ce qui vous intéressait dans la mission de volontariat proposée par la Fondation aux Comores ?

Au départ, c’est surtout le volet hydraulique qui m’intéressait. Au-delà des aspects techniques, j’ai spécialement aimé le fait que la mission comportait également un important volet lié à la gestion du service de l’eau. La partie formation professionnelle me permettait également de découvrir un autre domaine.

Par rapport aux autres projets sur lesquels vous êtes intervenu, quelles ont été les spécificités d’approche de la Fondation ?

La Fondation a une approche très locale d’appui aux associations de la Diaspora. Je trouve cette approche particulièrement

intéressante. Par ailleurs, le fait que la Diaspora soit à l’initiative et s’implique dans les actions, permet d’assurer la pertinence de ces projets et leur acceptation par les populations.

De plus, comme la Diaspora cofinance ces actions, elle est particulièrement sensible à leur pérennisation.

Auparavant, je collaborais sur des points spécifiques de projets avec la Fondation Sadev. Mais ici, j’ai travaillé de manière autonome et avec une implication à tous les niveaux de conduite du projet (montage de dossier ; recherche de financement et partenaires techniques ; relation avec les différents acteurs et partenaires publics et privés).

 

Quelles sont les principales satisfactions de votre mission ?

Avec le recul, en 18 mois, je peux affirmer qu’il y a eu une sacrée avancée, très visible notamment sur le projet de formation professionnelle.
Ce projet est audacieux et il a fallu tout construire. J’ai pu l’accompagner jusqu’à la première rentrée d’élèves. J’ai également été touché par le côté humain de la mission et j’ai particulièrement apprécié d’avoir été reconnu pour le travail effectué dans les villages où nous intervenons