Fondation SADEV

Coopération & Développement

Début du service de l’eau « Chamlé-Mitsamiouli »

A partir de ce jour, vendredi 22 décembre, les ventes d’eau vont commencer à Djomani ainsi que dans six autres villages du Nord-Ouest de Grande-Comore. L’eau va être accessible aux bornes fontaines mais plus uniquement, puisque les raccordements à domicile seront désormais possibles. Ce sont plus de 15.000 personnes qui avec le projet bénéficieront d’un meilleur accès à l’eau potable.

14 décembre 2017, Abdallah et Chackour, initiateurs du projet pour la CADF (association de la diaspora partenaire de la Fondation), se désaltèrent à l’une des nouvelles bornes fontaines de Djomani durant les essais de mise en eau.

Pour la Fondation Sadev, c’est le « presque » aboutissement d’un long engagement qui avait débuté dès 2012, lors des premières réunions avec les associations de la diaspora Comorienne de Villejuif. La demande prioritaire adressée à la Fondation Sadev concernait l’accès à l’eau potable et pour cause…

Sur l’Île de Grande Comores (Ngazidja), l’eau potable est une ressource rare. Du fait de la géologie de cette île volcanique, il n’y a ni rivière, ni lac d’eau douce et la plupart des forages offre une eau trop saumâtre pour la consommation.

Borne fontaine de Djomani en 2014, le service ne permettait qu’une alimentation de quelques heures par semaine.

Dans ces conditions, l’accès à l’eau potable se fait principalement à partir de la collecte des eaux de pluies, bien que cette approvisionnement signifie une qualité d’eau moindre (non minéralisée, vulnérable aux contaminations) et une disponibilité mal répartie dans l’année.

Les villages du Nord ont la chance de disposer de l’un des rare forage d’eau potable de l’Île. Rare et donc partagé, ce point d’eau alimente 7 villages sur deux Communes et même au-delà par un service de remplissage de camion-citerne.

Les infrastructures autour du forage ne permettait pas de satisfaire les besoins en eau.

La Fondation Sadev a été présente dès les premières étapes du projet visant à l’amélioration de l’accès à l’eau potable.

Pour suivre les actions, deux Volontaires de Solidarité Internationale (VSI) se sont succédés sur le terrain entre novembre 2014 et juin 2017.

La Fondation a participé à l’élaboration des premières études et essais de pompage, puis a accompagné les communautés dans leurs choix techniques, dans le suivi des travaux.

Ces différents acteurs ont permis le financement des travaux (voir tableau ci-dessous). Au final, ce sont plus de 15.000 personnes qui, par ce projet, bénéficient d’un meilleur accès à l’eau potable.

Signature des statuts du Groupement Intercommunale de gestion de l’eau (GIGE) (Juillet 2017)

Enfin, la Fondation a soutenu les deux communes concernées par le réseau pour mettre en place la première intercommunalité de gestion de l’eau des Comores. Nous poursuivons notre action en accompagnant la mise en place des équipes d’exploitation et les outils de suivi du service de l’eau pour une gestion pérenne du service de l’eau.

Le projet a pu se concrétiser grâce à un partenariat exemplaire entre l’Agence Française de Développement (dans la cadre de son projet GECEAU) et la Fondation Sadev en lien avec la Commune de Nyumamdro-Kiblani et les associations de la diaspora.

 

Tableau des coûts de travaux pour le réseau Chamlé-Mitsamiouli
TOTAL FINANCEMENT

AFD

FINANCEMENT

F.SADEV/DIASPORA

VALORISATIONS

COMMUNAUTAIRES  

Lot 1 : Génie civil 202 674 ,82 € 46 677,12 € 155 997,70 €
Lot 2 : Electromécanique 199 542,76 € 170 407,46 € 29 135,31 €
Lot 3 : Canalisations 989 919,68 € 762 877,72 € 227 041,96 € 87 441 €
Total Coût travaux 1 392 137,27 € 979 962,30 € 412 174,97 € 87 441 €

 

 

 

 

 

Photos de la réception techniques des travaux (décembre 2017)

Réunion de présentation et choix des scénarios de travaux (janvier 2015)